Rubrique Equipe de France

30 JUIN 2018, LES BLEUS SUR UN AIR DE TANGO

Benjamin Pavard - France-Argentine

mardi 30 juin 2020 - 08:30 - Laura Goutry-Vincent Orsini

En route vers la deuxième étoile de leur histoire, les Bleus rencontraient l’Argentine en 8es de finale de la Coupe du monde, à Kazan le 30 juin 2018. Un match riche en émotions tous les supporters français. 

 

Après avoir terminé en tête du groupe C lors de la première phase, les Bleus retrouvent l'Argentine, deuxième du groupe D, en 8e de finale de la Coupe du monde 2018. Un challenge de taille pour la sélection tricolore, puisque jamais la France n'a battu l'Albiceleste au Mondial (deux défaites, en 1930 et 1978).

Depuis les premières heures du matin, l’ambiance était montée dans les rues enfiévrées de Kazan. Une ambiance surtout portée par les quelque 20 000 supporters argentins présents contre… 4 000 français ! En tribunes, le match s’annonçait déséquilibré. Sur la pelouse, ce sera une autre histoire…


Photo Guillaume Bigot/FFF

Pour ce premier vrai défi des Bleus dans la compétition, Didier Deschamps a aligné son équipe type, emmenée par le capitaine Hugo Lloris. La rencontre part à cent à l'heure, ou plutôt à 32,4 km/h, soit la vitesse de pointe atteinte par Kylian Mbappé qui, au terme d'une contre-attaque éclair de soixante-mètres, laisse tous les Argentins derrière lui et obtient un penalty incontestable, Rojo n'ayant d'autre solution que de l'accrocher grossièrement dans la surface. Antoine Griezmann se charge de le transformer (1-0, 13e).

Si l'on pense les Bleus bien partis, et si N'Golo Kanté s'occupe de museler parfaitement le maître à jouer argentin Lionel Messi, la sélection sud-américaine ne se laisse pas faire pour autant. Elle recolle au score peu avant la mi-temps sur une superbe frappe du pied gauche d'Angel Di Maria, parfaitement placée dans la lucarne d'hugo Lloris (1-1, 41e). Les joueurs de Jorge Sampaoli prennent même l'avantage au retour des vestiaires grâce à une déviation un peu heureuse de Gabriel Mercado sur une tentative de Messi qui "cueille à froid" la défense tricolore (1-2, 48e) ... Les travées de la Kazan Arena résonnent de la liesse argentine. Pour la première fois de la compétition, la France est menée.


Kylian Mbappé perce une première fois la défense argentine, permettant aux Bleus d'obtenir un penalty et d'ouvrir le score dans cette rencontre (1-0, 13e).(Photo AFP)

L'heure de Pavard

Pour neuf petites minutes seulement : parfaitement lancé sur l'aile gauche par Blaise Matuidi, Lucas Hernandez adresse un centre à l'opposé, direction Benjamin Pavard. "Le ballon arrive et fait un rebond, confie l'intéressé. Je cherche à la mettre du côté d’où elle vient, c’est ce que les attaquants m’ont toujours dit de faire. J’y vais sans réfléchir et quand je la vois rentrer… Ce n’est que du bonheur". Un "bijou" de demi-volée qui permet aux Français d'égaliser rapidement (2-2) et verra le natif de Maubeuge remporter le prix du plus beau but du Mondial, devenant le premier européen à obtenir cette distinction.

Après l'exploit de leur latéral droit, les Bleus, galvanisés, prennent le but adverse d'assaut et voient Kylian Mbappé signer un doublé, du gauche en force à la 64e (3-2) et du droit avec précision à la 68e (4-2), devenant à 19 ans et 6 mois le deuxième plus jeune joueur auteur d'un doublé en Coupe du monde derrière le Brésilien Pelé, en 1958. Ce quatrième et dernier but tricolore est parti d’une contre-attaque lancée par Lloris, passée par Matuidi et relayée par Giroud, passeur décisif. Un mouvement collectif exemplaire.


Le but du 4-2 pour les Bleus et un doublé pour le jeune attaquant tricolore.(Photo AFP).

Dans le dernier quart d’heure, les Français veulent assurer mais finissent par relâcher leur vigilance à la toute fin du match. Une erreur immédiatement exploitée par Messi, qui lobe Varane et trouve la tête d’Aguëro (4-3, 92e). Ce but avive les derniers espoirs argentins. Dans les ultimes secondes, le stade est en ébullition. Les Français scrutent le chronomètre quand les Argentins poussent inlassablement.

Au soulagement des Tricolores, l’arbitre iranien siffle la fin après un temps additionnel irrespirable. la France est en quarts de finale, où elle affrontera l'Uruguay, un autre grand d'Amsud. Ce match fou, rentré dans la grande histoire de l’Équipe de France, aura fait vivre des émotions intenses au pays entier ; une étape mémorable sur la route de la deuxième étoile.

Cette rencontre est également la quatre-vingtième de Didier Deschamps à la tête de la sélection nationale, un record (pour 50 victoires, un autre record).


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.