Rubrique Equipe de France

30 AVRIL 1969, FAUX ESPOIRS ET VRAI AMATEUR

Web main_FRANCE-ROUMANIE-1969.jpg

Le mercredi 30 avril 1969 à Paris, une Équipe de France faussement qualifiée d’Espoirs bat la Roumanie avec dans ses rangs Daniel Horlaville, le dernier joueur amateur ayant évolué en Bleu. 

 

C’est une curieuse rencontre qui est annoncée pour le mercredi 30 avril au Parc des Princes de Paris : à 20h30 ce soir-là, l’équipe A de Roumanie doit se confronter à une sélection tricolore baptisée "France Espoirs", emmenée par le nouveau sélectionneur des Bleus Georges Boulogne. Il a succédé à Louis Dugauguez, démissionnaire le 6 novembre 1968 après une défaite à domicile contre la Norvège (0-1), en qualifications du Mondial 1970.


Le programme du match – Archives FFF

Le premier match de Boulogne un mois et demi auparavant a tourné au fiasco en amical à Wembley face à l’Angleterre championne du monde (5-0) des Gordon Banks, Bobby Moore, Jacky Charlton, Martin Peters et autres Geoff Hurst, auteur d’un triplé. Sept joueurs de cette défaite, la plupart loin d’être des Espoirs, vont fouler la pelouse du Parc face à la Roumanie. À commencer par le capitaine Jean Djorkaeff pour son vingt-cinquième match en bleu, mais aussi le Niçois Charly Loubet, le Nantais et futur sélectionneur (1984-1988) Henri Michel, les Stéphanois Georges Bereta et Hervé Revelli, le Monégasque Jean-Paul Rostagni et le Sedanais qui prendra également plus tard la tête des Bleus (1998-2002) Roger Lemerre.

Ce sont en revanche les premières sélections du gardien monégasque Yves Chauveau (aussi sa dernière), du défenseur marseillais Jacques Novi, du demi défensif du Racing José Broissart et de l’attaquant valenciennois Jean-Claude Bras. Mais aussi d’un cas particulier : le meneur de jeu de l’US Quevilly Daniel Horlaville, champion de France amateur 1967 (équivalent du National aujourd’hui) et demi-finaliste de la Coupe de France 1968.


La composition de l’équipe (photo principale) donnée le jour du match par France-Football, qui est alors l'organe officiel de la FFF.

Le dernier des amateurs

Pilier de l’Équipe de France Amateurs avec laquelle il est allé jusqu’en quarts de finale des Jeux Olympiques de Mexico l’année précédente, à la ville ouvrier tuyauteur-soudeur dans une raffinerie de Quevilly où il effectue ses quarante heures par semaine, Daniel Horlavile a déjà fréquenté les A pour des matches non-officiels contre le Real Madrid, l’Algérie et l’Italie. Avec le statut d’amateur, lui qui signera son premier contrat professionnel à 26 ans en 1971, avec le Paris Saint-Germain. Il reste aujourd’hui encore le seul footballeur amateur à avoir évolué en A après-guerre.

Car ce 30 avril 1969, il est aligné dès le coup d’envoi d’une rencontre qui sera ensuite requalifiée officielle. Sans démériter mais en étant remplacé à la mi-temps par Bereta, "victime, malgré sa classe, d’un brutal changement", s’étonnera Le FigaroDaniel Horlaville ne reviendra plus en A, déclinant un stage des Bleus en juillet de la même année car il avait déjà posé ses congés et parce que le président de son club, également son patron à la raffinerie normande, comptait sur lui pour la reprise du championnat et qu'il tienne son poste à l’usine.


Daniel Horlaville face à la Guinée en Équipe de France Olympique lors des JO de Mexico 1968 – Photo AFP.

Victoire mais espoirs déçus

Contre la Roumanie, ces "faux" Espoirs vont en donner de réels aux supporters des Bleus en l’emportant (1-0) sur une frappe splendide d'Henri Michel à dix minutes du terme. En cette période de disette en termes de résultats, la presse unanime salua le match de cette "généreuse équipe de France" (Le Figaro). "Enfin une équipe !" titra Paris-Jour, tandis que France-Soir célébra "la passion retrouvée", ayant vu les Bleus "jouer un match amical avec une telle fraîcheur, une telle rage de vaincre, quelle surprise !".

L’Aurore rendit compte d’une "bataille homérique" livrée par des joueurs ayant "détruit cette légende de leur infériorité physique"L’Humanité leur rendit grâce d’avoir "remporté un match-piège ingrat et très physique", considérant que "le « béton » des jeunes tricolores parut presque sentimental et téméraire à côté du regroupement roumain". Et Le Parisien de remarquer que cette formation "des Espoirs s’est imposée comme la véritable équipe de France du moment", avec "cette générosité, cette résolution et ce tempérament que nos footballeurs ont encore affirmés".

Jusqu’à L’Équipe célébrant "le sacre du printemps" et louant "une équipe de France neuve, sans tache qui, au lieu de subir le jeu, se met à le prendre à bras le corps quel que soit son adversaire". Les belles dispositions entrevues lors de cette rencontre se confirmeront à l’automne par deux victoires probantes en Norvège (1-3) et sur la Suède (3-0). Mais une défaite dans l’intervalle chez ces mêmes Suédois (2-0) privera les Bleus du rendez-vous mondial mexicain de 1970.


Commentaires

Guy MONNIER le vendredi 01 mai à 11:08

COMPOSITION FRANCE

JOUEURS TITULAIRES

CHAUVEAU Yves

DJORKAEFF Jean  

NOVI Jacques

LEMERRE Roger

ROSTAGNI Jean-Paul

MICHEL Henri

BROISSART José

HORLAVILLE Daniel  46' 

LOUBET Charly

REVELLI Hervé

BRAS Jean-Claude

REMPLAÇANTS

BERETA Georges  46' 

COMPOSITION ROUMANIE

JOUEURS TITULAIRES
  • RADUCANU Necula

  • LUPESCU Nicolae

  • HALMAGEANU Bujor

  • COE Dan

  • DELEANU Augustin

  • DEMBROVSCHI Emerich

  • GHERGHELI Vasile  37' 

  • DINU Cornel

  • NASTURESCU Constantin

  • DUMITRACHE Florea

  • LUCESCU Mircea

REMPLAÇANTS
  • NUNWEILER Radu  37' 

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.